Parti Socialiste de Narbonne

Parti Socialiste de Narbonne

Monsieur PINET n’est pas à jour

M. Pinet  est à l’heure, mais pas à jour .  

Manque de sérieux ! C’est d’ailleurs marque de fabrique des différentes listes d’opposition qui se livrent une dure concurrence à Narbonne.

En effet, Monsieur Pinet, le candidat de l’UMP, ne peut pas être pris au sérieux quand il réclame un renfort des effectifs de la police nationale. Même s’il n’a adhéré à l’UMP qu’une semaine avant d’obtenir son investiture aux municipales, il ne peut quand même pas ignorer les 12 000 suppressions de postes de policiers sous l’ère Sarkozy…

N’en déplaise à M. Pinet, l’actuel gouvernement est en train de recréer 1 000 postes par an pendant la durée du quinquennat. On peut faire le même constat dans le domaine de l’Education avec 12 000 créations de postes par an décidées par le gouvernement pour rattraper les dégâts du sarkozysme.

Le candidat de la « dernière semaine » a été à l’heure pour rafler l’investiture à M. Millet mais il n’est hélas pas à jour dans ses dossiers.

Oc ! Marie Hélène Fabre défend les langues régionales.

 Marie-Hélène Fabre, députée de l’Aude, se félicite du vote en séance publique dans la nuit de mercredi à jeudi dernier, vers 1h du matin, de la proposition de loi constitutionnelle visant à ratifier la Charte des Langues régionales.

La parlementaire est intervenue pour rappeler son attachement à la préservation et à la transmission des langues régionales, et notamment à l’occitan, «

car la plupart de nos langues régionales se trouvent sérieusement en danger. Dès lors, comment pourrait-on accepter de laisser se dégrader, sans réagir, notre patrimoine linguistique ? »

Marie-Hélène Fabre a défendu l’idée que «

le français est moins menacé par les langues régionales que par l’anglo-américain qui envahit notre vocabulaire de plus en plus fréquemment. Au contraire, les langues régionales peuvent devenir à terme un formidable vecteur d’intégration républicaine, en permettant aux jeunes de renouer avec la langue française».

Marie-Hélène Fabre s’est finalement réjouie que «

la majorité à laquelle elle appartient fasse enfin bouger les lignes sur ce dossier, enlisé depuis trop longtemps dans un faux débat. »

Elle restera néanmoins très attentive au vote de ses collègues députés qui se tiendra mardi, car les trois quarts d’entre eux devront se prononcer favorablement pour ce texte afin que s’enclenche le processus de ratification de la Charte.

« Il faut que ce blocage cesse. Les régions de notre pays ont leur histoire, leur identité, mais leurs habitants ont toujours eu le coeur français. Et ils l’ont prouvé par le passé. Il suffit de compter les noms sur les monuments aux morts. Frédéric Mistral ne disait-il pas que les arbres aux racines profondes sont ceux qui montent le plus haut ?» conclue-t-elle.

Jacques Bascou : Des voeux pour tous les narbonnais

VOEUX ANNEE DEUXMILLE QUATORZE

Le maire de Narbonne a présenté ses voeux aux habitants de la ville lors d’une cérémonie au palais du travail le jeudi 9 janvier.   « Cette cérémonie des voeux est celle de tous les narbonnais » a expliqué Jacques Bascou en préambule de son discours « quels que soient leur âge, leur sexe, leurs origines, quelles que soit leur religion ou leurs opinions politiques. Ce soir, c’est la soirée de tous ceux qui vivent dans cette ville , qui aiment cette ville et qui s’y sentent bien ». Et les narbonnais ont répondu en nombre. La salle des fêtes du palais du travail affichait complet. Aucune allusion ni au bilan du mandat ni encore moins au projet du candidat sortant, qui s’affichait d’ailleurs ce soir là seulement comme le premier magistrat de la ville. Une ville qui bouge, qui se tranforme, a t’il expliqué en citant une phrase de Jacques Attali « la ville est le seul être vivant capable de rajeunir vraiment » . Et de poursuivre « depuis son origine il y a plus de 2000 ans, Narbonne a souvent changé de visage. La cité s’est transformée, a été plusieurs fois reconstruite . Narbonne a toujours su utiliser ses pierres pour se régénérer  » . Jacques Bascou a souhaité enfin ses voeux aux narbonnais et a terminé son intervention en se référant à Jean Viard « tous les êtres humains aspirent au bonheur. C’est le cas pour tous les narbonnais. Mais le bonheur ne tombe pas du ciel, il se gagne, il se conquiert » et conclu par les mots de Victor Hugo « vivre c’est lutter ».

VOEUX ANNEE DEUXMILLE QUATORZE

VOEUX ANNEE DEUXMILLE QUATORZE

Réactions de Marie-Hélène Fabre et Roland Courteau aux annonces du Ministre des Transports

Marie Hélène FABRE Députée de l’Aude, Roland COURTEAU Sénateur de l’Aude ont accueilli avec satisfaction l’annonce du Ministre des Transports Fréderic CUVILLIER présent à Perpignan pour l’arrivée en gare de la première liaison directe à grande vitesse reliant Barcelone-Perpignan. Monsieur Cuvillier a annoncé devant les autorités françaises et Catalanes avoir remis au Préfet de Région, « la lettre de commande de l’ Etat arrêtant les modalités de dessertes des agglomérations situées sur le parcours à savoir NARBONNE et BEZIERS ainsi que la poursuite des études de la ligne nouvelle ferroviaires entre Montpellier et Perpignan. A noter que le ministre des transports a évoqué la possible mixité de la LGV Toutefois les parlementaires souhaitent rappeler qu’ils « resteront vigilants quant au calendrier de réalisation de cette ligne, seul chainon manquant sur le plus grand des axes européens des Lignes à Grandes Vitesses reliant l’Europe du Nord au Sud de l’Espagne

La section de Narbonne communique

Que M. Pinet soit le candidat de l’UMP, nul ne peut en douter tant il s’affiche en soldat zélé du parti de la droite. Les Narbonnais n’ont toujours pas entendu ou lu une proposition réaliste et utile de ce candidat, mais ils sont bien obligés de constater qu’il suit aveuglément les consignes les plus électoralistes de sa formation politique. Il est vrai qu’il doit se sentir  obligé de donner des gages de fidélité à cette UMP à laquelle il a adhéré – avec quel opportunisme ! – une petite semaine avant l’investiture pour les municipales.

Ainsi, ce lundi, répondant aux injonctions de ses mentors M. Copé à Paris et M. Py à Leucate, M. Pinet organisait et présidait une distribution de tracts de l’UMP contre la réforme des rythmes scolaires.

Orchestrée au niveau national (y compris dans les communes qui n’ont pas encore appliqué la réforme…), cette campagne se décline à l’opposé de l’intérêt général et surtout de celui des enfants scolarisés.

C’est tellement vrai que l’UMP en vient à nier les positions et propositions de ses anciens ministres de l’Education. Faut-il rappeler que M. Chatel, proche de M. Copé, préconisait en 2011 le retour à la semaine des 4,5 jours ? Avant lui, l’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports, Guy Drut, avait lancé des expérimentations pour une organisation scolaire mieux adaptée au rythme des enfants. Il avait été suivi notamment par M. Douste-Blazy, alors maire de Toulouse, et par M. Mariton… depuis 1996 dans sa ville de  Crest (Drôme).

Ce même M. Mariton, ancien ministre et membre de la commission des finances de l’Assemblée nationale, en désaccord avec la stratégie électoraliste de son camp, a d’ailleurs lancé un appel à la direction de l’UMP pour que les rythmes scolaires soient traités hors du débat politicien des municipales. M. Pinet ne l’a pas entendu, préférant répondre à la voix de ses maîtres, M. Copé et M. Py. Les Narbonnais jugeront de l’intérêt de ce candidat pour les enfants de Narbonne, et pour sa ville en général.

Olivier Aguzou, Pascale Amoros secrétaires de la secrétaire de la section PS de Narbonne

Election du premier des socialistes ; la confiance voté à Jacques Bascou

BASCOU-JACQUE-web

Le jeudi 10 octobre, les militants de la section P de Narbonne ont voté comme leurs camarades des autres sections pour élire celle ou celui qui devra ensuite constituer une liste pour les prochaines élections municipales de mars 2014. Liste qui sera elle-même soumise au vote des militants le 21 novembre.  À Narbonne, pas de surprise comme dans d’autres communes. Il n’y avait qu’un candidat, le maire sortant Jacques Bascou. Pour les militants narbonnais, le vote a confirmé autour de Jacques Bascou et une montée en puissance de la mobilisation. 7 réunions ont déjà eut lieu en 9 semaines entre début septembre à fin octobre dont 4 débats thématiques programmées en octobre : le logement social, la vie des quartiers, la sécurité, l’emploi/économie sociale et solidaire. Toutes et tous connaissent le travail qui é été fourni par l’équipe municipale depuis 2008 et les réalisations concrètes qui ont été menées à bien pour améliorer le cadre et les conditions de vie des narbonnais ; plan de rénovation des logements HLM en ruine, rénovation du centre ville, ouverture de la ville sur l’extérieur (festival Trenet, exposition, festival Sportfolio, etc…), mise en conformité des emplois municipaux en respectant le droit du travail, intégration des périphéries de la ville construites avant 2008 mais négligées (transports, mairie annexe, écoles, marché), amélioration des quartiers (exemple Berre-Cesse).  Plus que jamais les militants narbonnais sont mobilisés et soudés derrière leur candidat.

Patrick François présente son bilan de mi-mandat

Conseiller  général de Narbone Est depuis 2009, Patrick François est venu à la maison des socialistes le vendredi 14 juin pour présenter aux militants un premier bilan de mandat, à deux ans des prochaines cantonales. Patrick François est aussi conseiller municipal à la mairie de Narbonne depuis 2008. Il est à ce titre chargé de la protection civile. En d’autres termes, il est de garde tout au long de l’année, pouvant être appelé sur un accident à n’importe quelle heure du jour et de la nuit. « C’est moi que l’on appelle en premier lorsqu’il y a un problème, accident, incendie ou autre ». Explique-t-il.  Puis il  a présenté son travail de conseiller général « ce qui est très important pour moi, c’est d’aller au contact en permanence de la population. Ce canton de Narbonne-Est est un canton urbain. Il est découpé en plusieurs quartiers. Je les considère chacun comme un village. » Puis il a évoqué les principaux projets suivis par le conseil général sur Narbonne . En particulier la Rocade Est qui reliera le rond point à la sortie de Narbonne direction Coursan, à celui de l’autoroute à l’échangeur de Narbonne-Est. Après les fouilles archéologiques préventives, les travaux ont repris. Le chantier devrait être achevé dans deux ans pour une ouverture de la rocade à la circulation en 2016. Chacun connait, à la section PS de Narbonne, la grande disponibilité de Patrick François et sa grande implication dans la vie des quartiers, auprès des associations culturelles et sportives.

Nous rassembler pour dire non à la haine

Le 13 mai 2013, la statue de Jeanne d’Arc qui n’en demandait pas temps a vu défiler des « skinheads », les pétainistes de « l’oeuvre française », et les royalistes de « l’action française ». Les premiers sont les héritiers des nazis condamnés pour crime contre l’humanité au tribunal de Nuremberg en 1946. Les suivants sont les admirateurs de celui qui a choisi la collaboration officielle avec Hitler en 1940. Les derniers ont eu 9 siècles pour considérer la condition humaine des Français et voudraient quand même que le sang bleu gouverne la France. Ils ont tous en commun l’amour pour un pouvoir unique et fort, et la soumission de la population au nom de Dieu et/ou de l’inégalité entre les Hommes. La mort de Clément Méric est directement liée à l’expression publique de ces idées délétères pour la démocratie. Les tenants de ces idées ne sont qu’une minorité qui se compte et qui marche au pas dans les défilés du mois de mai pour essayer de nous impressionner. La meilleure façon d’honorer la mémoire de Clément Méric et de montrer notre attachement à la démocratie et à la République est de nous associer au rassemblement du 11 mai 2013, à 18h, place de la Mairie à Narbonne.

Soirée débat sur la « mal bouffe »

La commission débats de la section a débuté une série de soirées débat sur des thèmes de société .  »Le débat est au cœur de l’action politique socialiste » explique Alex Bullich, militant du ps de Narbonne et l’un des animateurs de la commission débats.  »Être socialiste, c’est être animé par la culture du débat. Confronter sa pensée est la première étape de l’acte citoyen. Pour comprendre le réel et aller à l’idéal, selon les mots de Jaurès, il faut débattre ». Pour une première, c’était une première réussie. La salle de réunion de la maison des socialistes affichait complet, d’autant plus que le débat était suivi d’un repas en commun, un repas faisant la part belle au bio et au fait maison.

C’est Olivier Aguzou, secrétaire de la section du PS de Narbonne, qui ouvrit le débat en montrant les dérives du système agroalimentaire.

Alex Bullich a dressé ensuite le tableau de ce que représente le concept de la mal bouffe « parler de la malbouffe, c’est parler du système dans lequel nous vivons.  L’affaire récente, qui nous touche dans l’Aude, a été présentée comme un cas de fraude. Ce n’est pas un cas particulier. C’est la mise en lumière d’un phénomène systèmique. La répétition des scandales et la liste des enseignes concernées sont significatives ».

L’une des solutions au problème de société qu’est la mal bouffe avec toutes les conséquences sanitaires et économiques qu’elle entraîne réside en grande partie dans l’agriculture bio et les circuits courts. Mais la France, pourtant pionnière de l’agriculture bio, n’est pas spécialement à la pointe de ce type de consommation.

La part du bio dans la consommation alimentaire ne représente que 1,4 % contre près de 5 % en Autriche ou de 4 % au Danemark ou en Allemagne. Un Français dépense en moyenne 32 euros par an pour des produits bio tandis qu’un Autrichien en dépense 90, un Danois 80, un Allemand 64, un Britannique 42.

Pascale Bernard, conseillère municipale à la mairie de Labège en Haute Garonne est venu témoigner de l’expérience menée avec succès depuis plusieurs années à la cantine de l’école. La mairie a fait le pari du bio et ça marche.  Aujourd’hui, les produits issus de l’agriculture bio représentent 20 % des repas et ce chiffre ne cesse de grimper. Dans le cadre de son plan communal de développement durable, la commune de Labège s’efforce depuis de proposer des aliments issus de producteurs locaux et des fruits et légumes de saison. 

Pour Jacques Bascou, venu ce soir là en spectateur, mais en spectateur actif « favoriser le bio et les produits locaux dans les cantines est une démarche qui intéresse la ville mais qui est très difficile à mettre en place en raison du manque de producteurs à proximité et de produits locaux. Mais c’est une piste qui est travaillée par les élus. Hélène Sandragné, 1ère Adjointe déléguée aux Affaires générales et aux politiques de santé a présenté en tant que troisième intervenante dans le débat, les différentes actions menés par la ville de Narbonne depuis 2008 pour promouvoir et développer les activités physiques et prévenir ainsi les problèmes d’obésité. « Bien manger et bouger, tel est notre crédo pour les scolaires de la ville, et différentes actions sont menées en ce sens » .  

 

Mariage pour tous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour les sondeurs, l’opinion demeure majoritairement favorable au mariage gay

édition abonné LE MONDE | 20.04.2013 à 10h14 • Mis à jour le 21.04.2013 à 14h54
Par Patrick Roger

Sur le droit au mariage et à l’adoption des couples homosexuels, l’opinion mesurée par les instituts de sondage dépend… de la question posée. Il demeure néanmoins une constante : depuis l’adoption, en 1999, du pacte civil de solidarité (pacs), une large majorité de Français se déclare favorable au mariage. Les opinions sur l’adoption sont, en revanche, plus partagées.

Entre 2000 et 2011, la société a très nettement évolué vers l’acceptation du droit au mariage des couples de même sexe, qui est passée de 48 % à 63 % (+ 15 points) mais aussi du droit à l’adoption, passée de 33 % à 58 % (+ 25 points).

Cependant, depuis qu’à la fin de l’été 2012 le projet est venu sur le devant de la scène politique et parlementaire, l’évolution a été beaucoup plus contrastée. Et mesurée de manière différenciée selon les instituts de sondage. Ainsi l’IFOP, entre août 2012 et février 2013, enregistre de faibles fluctuations des opinions favorables au mariage, qui dans cette période passent de 65 % à 66 %. Dans le même temps, les opinions favorables à l’adoption reculent de 53 % à 47 %.

Ces évolutions, toutefois, ne reflètent que partiellement l’état…

Extraits de l’intervention de Marie-Hélène FABRE à l’Assemblée nationale lors de la séance des questions au gouvernement en présence de Madame Sylvia Pinel, ministre de l’artisanat, du commerce et du tourisme.

M. le président. La parole est à Mme Marie-Hélène Fabre, pour le groupe socialiste, républicain et citoyen.
Mme Marie-Hélène Fabre. Ma question s’adresse à, Mme la ministre de l’artisanat, du commerce et du tourisme.
Ces dernières années, les artisans de notre pays ont souffert autant de la crise économique que de l’indifférence et de l’absence d’écoute des pouvoirs publics.
Heureusement, notre gouvernement a su, dès son accession aux responsabilités, engager les mesures d’envergure qui s’imposaient pour répondre aux attentes de la profession.
Le secteur voit ses perspectives s’éclaircir, pour la première fois depuis longtemps, avec le pacte ambitieux pour l’artisanat que vous avez mis en place, madame la ministre, ainsi que les contrats de génération qui permettent à des milliers d’artisans de transmettre plus facilement leur entreprise.
Mais cette politique volontariste, nous devons encore l’amplifier et l’étendre. Car les artisans subissent des attaques sur deux fronts différents. Ils sont, d’une part, confrontés à une concurrence toujours plus déloyale de la part d’entreprises étrangères qui pratiquent des salaires peu élevés et bafouent trop fréquemment le droit du travail. D’autre part, des abus flagrants émanent d’une portion minoritaire des auto-entrepreneurs.
Vous avez récemment, madame la ministre, commandé une évaluation de ce régime et annoncé des orientations pour mieux encadrer ce statut, et les effets de distorsion de concurrence qu’il est susceptible de générer.
Aussi, madame la ministre, je vous demande quelles mesures le Gouvernement envisage de mettre en place afin de faire disparaître ces mauvaises pratiques et ainsi mieux protéger la première entreprise de France dont les emplois sont largement non délocalisables. (Applaudissements sur les bancs du groupe SRC.)
DEBATS PARLEMENTAIRES
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE
Mardi 17 avril 2013
REPONSE DE LA MINISTRE
M. le président. La parole est à Mme la ministre de l’artisanat, du commerce et du tourisme.
Mme Sylvia Pinel, ministre de l’artisanat, du commerce et du tourisme. Madame la députée, je vous remercie de votre question. Je sais toute l’attention que vous portez à ce secteur d’activité essentiel au développement de notre pays.
Vous avez souligné les mesures importantes que le Gouvernement a prises pour soutenir ce secteur d’activité : le pacte pour l’artisanat, le pacte de compétitivité et les contrats de génération.
Vous évoquez le problème de la concurrence, lié au détachement de salariés étrangers. Nous avons, avec Michel Sapin, mis en oeuvre un groupe de travail, et le plan de lutte contre le travail illégal permet d’apporter des réponses.
Vous évoquez aussi le régime de l’auto-entrepreneur. Le rapport IGF-IGAS a été publié la semaine dernière et j’ai eu l’occasion de présenter les grandes orientations que le Gouvernement souhaite donner à ce régime, notamment en distinguant les deux objectifs. Ce régime a permis en effet, grâce à des procédures simples, de créer un certain nombre d’entreprises. Cela étant, les situations sont très contrastées entre ceux qui se sont réellement lancés dans l’entreprenariat, ceux qui ont pu passer le cap, et ceux qui ont en réalité bénéficié d’activités accessoires. Il faut donc distinguer ceux qui se lancent vraiment dans l’entreprenariat et ceux qui exercent une activité complémentaire pour avoir un revenu d’appoint. En matière de protection du pouvoir d’achat, cela est essentiel. Le régime sera donc préservé dans ce contexte.
En revanche, lorsqu’il s’agit d’un tremplin pour créer une activité, le Gouvernement souhaite accompagner davantage les auto-entrepreneurs pour leur permettre, dans une durée limitée, de basculer vers le régime général, ce qui répond à la fois aux demandes des auto-entrepreneurs en termes d’accompagnement et aux demandes des artisans.
Je les recevrai dans les prochaines semaines pour affiner ces orientations et permettre l’accompagnement et le redressement de notre pays. (Applaudissements sur les bancs du groupe SRC.)

Communiqué d’Harlem DESIR – Premier secrétaire 03 avril 2013

Par ses actes d’une extrême gravité, incompatibles avec les exigences de la vie politique et des mandats publics, la possession de compte à l’étranger pour frauder le fisc abritant des centaines de milliers d’euros, et par ses mensonges intolérables vis à vis du président de la République, de la représentation nationale et des Français, Jérôme Cahuzac s’est exclu de fait du Parti Socialiste. Il n’en sera désormais plus membre. Je lui demande, également, de tirer toutes les conclusions de ses agissements en renonçant à ses mandats électifs.

Les fautes, politique et morale, de Jérôme Cahuzac, exigent la sanction la plus ferme, envers des actes et un mensonge inacceptables.

En outre, je dénonce les tentatives indécentes d’exploitation politicienne de cette affaire individuelle, fondée sur le mensonge de Jérôme Cahuzac, pour mettre en cause le Président de la République et le Gouvernement.

Le Président de la République et le Premier Ministre ont appliqué des principes clairs : indépendance totale de la justice et intransigeance absolue. La droite, qui s’est livrée encore ces derniers jours à une véritable chasse aux juges, n’a aucune leçon à donner.

Je mets en garde contre les conséquences, délétères pour nos institutions et notre vie publiques, que peut avoir une telle exploitation. Les extrêmes anti-républicains qui se nourrissent de la défiance envers les responsables politiques, en seront les seuls bénéficiaires. La République, abîmée par les actes que nous condamnons, ne peut que pâtir davantage de l’exploitation qui en est faite.

Harlem DESIR – Premier secrétaire du Parti Socialiste

Communiqué de presse. 30 mars 2013

Dans leur dernier communiqué, les inquisiteurs de Nouveau Narbonne accusent Jacques Bascou de faire de « la politique politicienne » en décidant de faire appliquer la réforme nationale sur les rythmes scolaires à la rentrée 2013.

Ce groupe d’opposition qui a régné pendant près de 40 ans avait déjà négligé l’entretien et la rénovation des écoles de Narbonne, montre maintenant sa courte vue et son décalage avec les vrais problèmes de notre temps.

NN n’a que faire de la vie des écoliers. Tout ce qu’ils veulent c’est faire du bruit pour que l’on parle d’eux.

Concernant l’éducation, le problème est identifié et quantifié. La France subit un décrochage scolaire qui se traduit par une baisse préoccupante du taux de scolarisation des 15/19 ans entre 1995 et 2010, qui souligne une défaillance de l’assimilation des acquis à l’école primaire. Parallèlement la France est le pays de l’OCDE où le travail des écoliers est le plus concentré (144 jours contre 187 en moyenne) avec les journées les plus chargées. Tous les spécialistes attestent que ces rythmes sont trop soutenus pour des enfants.

C’est tout le sens de la réforme engagée par Vincent Peillon, décidée dans le seul intérêt des enfants. Jacques Bascou a bien perçu cet enjeu National, tout en mesurant la nécessité d’ouvrir une large concertation sur les modalités d’application de la réforme, en impliquant les parents, les enseignants et le tissu associatif.

C’est défi et un beau travail à mener, dans l’intérêt des enfants de Narbonne. Or, ce qui éclate dans la propagande de NN, c’est justement la négation de toute mention et référence à l’intérêt des enfants.
Les Narbonnais n’auront aucun mal à repérer qui, dans cette affaire, fait de la « politique politicienne »…

Compte rendu de la réunion de section du 22/03/13

La Section du Parti Socialiste de Narbonne tient à remercier Jacky Leclerc pour son intervention vendredi 22 mars 2013  lors de la Réunion de la Section, ainsi que l’ensemble des intervenants invités pour parler du la réforme de l’école.

Nous tenons aussi à remercier particulièrement Roland Courteau pour la présentation des lois que la majorité sénatoriale a mis en oeuvre depuis l’élection de François Hollande.  Contrairement à l’UMP qui tirait un feu d’artifice dès que  Sarkozy ouvrait la bouche; la majorité socialiste ne fait pas dans le registre de la peoplecratie, dans la saturation médiatique et dans les sondages quotidiens pour savoir à qui plaire.

L’héritage Sarko, c’est 800 milliards de dettes et la disparition de 75000 entreprises. Il faut faire avec, et avancer.

A ce jour, le bouclier fiscal a été supprimé, les chefs d’entreprises publiques ont des salaires limités (bientôt la même chose pour le secteur privé), les emplois d’avenir, 500000 logements rénovés par an, l’encadrement des loyers, la séparation des banques d’affaire et des banques de dépôt, la trêve hivernale pour l’énergie).

En attente, la loi sur le non cumul des mandats, la réforme du Conseil Constitutionnel, le rétablissement des droits de plantation de la vigne, l’égalité salariale femme/homme.

Roland Courteau nous a aussi raconté qu’une nuit, M6 filmait un sénateur en train de dormir dans l’hémicycle. Il est descendu pour leur expliquer que depuis plus d’une semaine les sénateurs se levaient à 6h du matin et restaient debout jusqu’au lendemain 3h. Nous avons beaucoup de chance qu’un homme comme Roland nous représente.

 

 

 

M(illet)6 et « Capital »

Communiqué de la section du Parti Socialiste de Narbonne

Dans le cadre de sa propagande mensongère et fielleuse, M. Millet prétend maintenant qu’il ne connaît pas les 2/3 des employés municipaux de Narbonne. Peut-être ne connait-il que ceux qu’il favorisait et récompensait pour prix d’une allégeance totale à son pouvoir personnel et dictatorial sur l’Hôtel de Ville. Bien sûr, il ne connaissait pas les dizaines d’assistantes maternelles du CCAS qu’il a maintenu, parfois pendant des dizaines d’années, sous des contrats précaires renouvelables à l’infini.

Dans le respect de la Loi du Travail qui était abusivement contournée par NN, Jacques Bascou a mis en oeuvre le Droit, tel qu’il aurait dû être si M. Millet avait respecté ses salariés.
Jacques Bascou, lui, a fait bénéficier l’ensemble du personnel du régime indemnitaire, et il a entrepris un vaste plan de régularisation des scandaleuses situations de précarité héritées de la gestion Millet.

Si M. Millet prétend ne pas connaître les employés municipaux, ces derniers n’en diront pas de même car ils n’ont pas oublié ses pratiques archaïques et malsaines.

Olivier Aguzou et Pascale Amoros, secrétaires de la section du PS de Narbonne

COMMUNIQUE DE LA SECTION DU PARTI SOCIALISTE DE NARBONNE

3 mars 2013

Comme une célèbre marque de plats cuisinés qui a aussi 40 ans, la droite narbonnaise ment encore sur le contenu de ses recettes.
Leur « marketing » dans la promotion de leur passé n’est là que pour nous vendre une histoire imaginée a posteriori.
Pendant huit lustres notre ville aurait été « transformée » et « embellie », mais les petits caractères de leur étiquette racontent autre chose…
Pour l’urbanisme, les quartiers éloignés voulus par le plan de la droite obligent maintenant leurs habitants à prendre leurs voitures. Cette contribution directe aux embouteillages montre que cette droite a un siècle de retard, époque où le pétrole n’était pas cher et où la pollution était un signe de croissance.
Ceci explique l’amour irresponsable de la droite pour les voitures sur les Barques et révèle que leurs idées sont périmées pour administrer notre ville.
Cette même droite poudre aux yeux a aussi signé le plan d’urbanisme pour le lotissement voisin de la base des produits frais Intermarché. Depuis, cette entreprise a été obligée de partir, car elle occasionnait des nuisances sonores dans ce même lotissement …
Afin que les responsables du « marketing » profitent aussi de leur recette, nous proposons qu’ils lancent un appel pour pouvoir échanger leurs maisons avec toute personne habitant loin du centre, ou près d’un aménagement nuisant à la qualité de vie.

Olivier Aguzou et Pascale Amoros

Le blog de la section nouvelle version

Bienvenue sur la nouvelle version du Blog de la section du Parti socialiste de Narbonne. Il sera le reflet de la vie de la section, un outil d’information pour les militantes et militants ainsi qu’un outil d’échanges et de débats. N’hésitez pas à déposer vos commentaires à chaque nouvel article et de faire part de vos remarques.